loupe

Toutes piècesflèche vers le bas

Toutes pièces

plusDéposer une annonce

Accueil triangle Le choix d’une voiture populaire

Le choix d’une voiture populaire

avatar

admin

barre verticale

0
commentaires

Ou le prix des voitures avant la 2ème Guerre mondiale

Il y a 4 catégories d’Anciennes parmi celles-ci : Les Avant-guerres (1930- 1939)

Choisir de restaurer un véhicule d’avant-guerre est judicieux du fait que ce sont des voitures délaissées par le marché et qu’elles sont particulièrement simples. 

Pour ce qui est des pièces de rechange, il est préférable de s’orienter vers les voitures dites populaires, produites en plus grand volume, et pouvant donc encore être trouvées assez facilement.

Il faudra être rigoureux dans l’entretien tant la « technologie » reste fragile, et être patient au volant car les vitesses atteignables restent relativement peu élevées.

On ne peut parler de voiture populaire sans parler de moyens de production, organisation du travail et façon de gérer une entreprise. 

Un peu d’histoire….

La première vraie organisation du travail à la chaine et sur la façon de développer son entreprise dans le domaine automobile est sans doute le fruit de la réflexion menée par Henry FORD après une visite aux abattoirs de Chicago- USA. 

Louis RENAULT aura également une réflexion sur le sujet à l’époque où la France est le 1er producteur mondiale d’automobiles. Henry FORD après avoir rencontré Louis RENAULT plusieurs fois aux USA, viendra visiter les usines RENAULT en 1912.

En 1908, après avoir déjà produit à faible échelle des FORD type A, FORD type B et FORD type K, Henry FORD conçoit intentionnellement le modèle FORD Type T comme une voiture bon marché pour le peuple dans une industrie embryonnaire, là où les autres constructeurs se concentrait plus sur le segment « haut de gamme » du marché. 

A la même période, Louis RENAULT reprend la société d’assemblage de véhicule RENAULT Frères et crée Automobiles RENAULT. Il produira alors majoritairement des taxis et des utilitaires.

Chez FORD, le développement de procédures opérationnelles serrées et un travail dans l’effort minimal permettront à l’entreprise de réussir dans l’objectif de produire le modèle T à 850 Dollars U$.

Il s’agira d’une voiture d’environ 700 Kg (version Tourer ou Roadster) équipée d’un nouveau moteur 4 cylindres avec transmission par train épicycloïdale.

Par des volumes de vente plus élevés et une ligne d’assemblage mobile, le prix baissera encore d’un dollar en 1913.

A ce moment, Louis RENAULT produit la RENAULT AX.

Après la première 1ére guerre, Henry FORD laissera en 1919 la présidence de la société à son fils – Edsel FORD. Ce dernier continuera la réduction de prix entamée par son père puisqu’en 1926, le modèle T le moins cher est à 360 Dollars U$ sur le marché Américain. 

Ce même modèle est vendu 3445 Deutsch Marks en Allemagne en raison des coûts de transport et d’importation.  (A l’époque, l’équivalent de 360U$ était 1512 Deutsch Marks…)

En 1919, André CITROEN fonde la firme CITROEN. Aidé par une taxation allégée sur les cycles-cars, il produira la CITROEN Quadrillette dès 1920, puis en 1921, son modèle populaire dit le « Petit CITRON » et la CITROEN type A.

En 1924, après avoir lu un livre d’Henry FORD traduit en Allemand, c’est au tour d’Adolf HITLER de vouloir développer l’idée du populisme. Le terme qui deviendra plus tard une marque était prononcé – VOLKSWAGEN – littéralement : voiture du peuple.

En 1925, une CITROEN 5HP trèfle valait 11 000 Francs Français.

La crack boursier Américain de 1929 et la crise qui s’en suivie provoqueront une réelle nécessité de relancer la consommation par un abaissement des prix.

En 1930, Benito MUSSOLINI alors au pouvoir en Italie convoque Giovanni AGNELLI -fondateur de FIAT (mais aussi sénateur du Royaume d’Italie) pour lui signifier sa volonté de donner aux Italiens une voiture économique au prix maximum de 5000 lires (soit environ 6 mois de salaire pour un ouvrier Italien). En 1932, la FIAT 500 Topolino allait naître de cette exigence mais au prix de 8900 Lires.

Son succès sera malgré tout au rendez-vous.

Elle sera fabriquée en France sous licence. Ce sera la SIMCA 5.

Pour comparaison : Le prix de vente de la FIAT 508 Ballila était de seulement 10 800 lires, là où la vieillissante FIAT 509 moins bien pourvue coûtait 18 500 lires. Il est à noter que le nombre d’exemplaires produits chaque jour de la FIAT 508 Ballila, sans compter les fabrications à l’étranger ( FIAT Polski 508 Junak, FIAT NSU 1000, SIMCA FIAT 6 Cv) était plus élevé que la production des modèles des marques concurrentes par semaine.

La ROVER Scarab, avec son moteur en V refroidis par air et monté à l’arrière était annoncé à 85£ivres sterling en 1931 mais ne fut pas lancée en production (bien que des commandes étaient signées et la brochure commerciale produite).

En 1934, la RALEIGH Safety Seven une voiture à trois roues produite en Angleterre par RALEIGH Cycles était vendue £90 mais équipée d’un moteur avant bicylindre refroidi par air. 

L’écoute de la demande à l’époque montraient aux constructeurs qu’il fallait produire une voiture avec un toit en dur, un moteur 4 cylindres et avec 4 places.    

CITROEN par la réflexion de son vice-président – Pierre BOULANGER– entame la réflexion sur la CITROEN 2 Cv, dont le premier prototype T.V.P sera construit dès 1937. Le cahier des charges parlait encore de bicyclette à 4 places.

La CITROEN Traction sort des lignes de l’usine des quais Javel (France) en 1934.

HITLER avait confié à Ferdinand PORSCHE dès 1934 le projet de faire une voiture simple, 4 cylindres, pour 4 personnes, à la carrosserie entièrement en acier et pouvant atteindre 100KM/h vendue un peu en dessous 1000 Marks. Cette annonce d’HITLER de faire une voiture pour le peuple (Volkswagen) à ce prix montrait clairement un effondrement des prix pour une production de masse. 

Considérant le taux de change en ce temps de 9 Marks pour 1 livre Sterling, cet objectif était ambitieux mais possible (90 Livres Sterling pour une voiture de base).

L’appellation par FORD de son modèle le plus basic – FORD Y / Köln (produite à Cologne) – la « Volkstyp » reflète bien la prudence dans l’utilisation des termes. 

La réponse de FORD (Cologne) à ce challenge du prix fut donc la ‘Volkstyp’ cabrio-limousine, un modèle basic avec une carrosserie en contreplaquée couvert d’un tissu (WEYMANN-style).

La carrosserie était l’œuvre du carrossier Allemand TRAUT.  

En 1933/34, La FORD Y était vendue à 1990 Marks, puis 1850 Marks en 1935. Et initialement à 120 Livres Sterling en Angleterre (en version 2 portes-Tudor), ce tarif sera ensuite ramené au prix très compétitif de 100 £ivres sterling.

Cela démontre que l’efficacité des méthodes FORD, aussi implémentées en Angleterre, étaient en avance sur l’industrie automobile Allemande en 1933. 

L’annonce de fabriquer une VOLKSWAGEN pour moins de 1000 Marks (soit environ 111 £) faisait partie d’un grand plan de modernisation de toute l’industrie et de reconquête du terrain perdu après des années de guerre et la crise qui suivie entre 1914 et 1930.  Les subventions gouvernementales aux départements Course de MERCEDES-BENZ et AUTO UNION servaient la même cause. 

Sans cette stimulation déloyale initiée par un gouvernement totalitariste, incluant des désavantages pour chaque voiture qui ne pouvait concourir au label « Deutsches Erzeugnis », la production automobile Allemande aurait succombée à la concurrence ultra efficace Américaine, ou aurait été dominée par OPEL, ou rachetée par les Américains.

Il est probable dans un environnement différent, qu’aucun constructeur ne se serait penché sur les véhicules bas de gamme si tôt et avec autant d’attention. 

La marque Allemande DKW (Dampf Kraft Wagen), fondée par le suédois Jorgen Skafte RASMUSSEN avait déjà une petite voiture – la DKW F8 – au prix compétitif. 

La DKW F8 Cabrio-Limousine 2 places était à 1650 Deutsch Marks, la voiture la moins chère disponible en Allemagne en 1939. 

OPEL avait la nouvelle monocoque tout acier – l’OPEL Kadett – au prix de 1800 Deutsch Marks. Il s’agissait d’une voiture plus robuste avec un moteur 4 cylindres -1 Litres.

DKW était donc sous pression pour garder les prix le plus bas possible, avec une qualité juste.

La nouvelle DKW F9 se plaçait, elle, une classe au-dessus de la VOLKSWAGEN, plus en concurrence de l’OPEL Olympia, de la FORD Taunus et l’HANOMAG 1,3 Litre. 

Le gouvernement Nazi fit en sorte qu’il soit clairement compris qu’une concurrence à la voiture du peuple (Volkswagen) n’était pas souhaitable, et les constructeurs Allemand ne pouvaient pas facilement ignorer alors qu’OPEL et FORD étaient en relative position de force.  

Quand OPEL annonça, à la grande déconvenue de l’équipe d’ingénieurs travaillant sur la Volkswagen, un modèle de base l’OPEL Kadett pour 1940 au prix proche de 1450 Marks, un sérieux doute pesa sur l’avenir de la voiture qui deviendra, par la forme de son prototype sorti en 1938, la VOLKSWAGEN type 1 KDF ( Käfer =Scarabée ou nommée Coccinelle en France).

Epargné lors des bombardements des usines RENAULT, le prototype d’une autre voiture très populaire après la 2eme guerre, la RENAULT 4 Cv ressemble étrangement dans sa forme au prototype Allemand. La RENAULT 4 Cv sera la remplaçante du modèle phare RENAULT Juvaquatre.

CITROEN présente en 1938 son 34éme prototype de CITROEN 2 Cv.

Et PEUGEOT propose sur la brochure commerciale la très populaire berline PEUGEOT 202 à 6000 Francs. Ce modèle sera fabriqué à 20 000 exemplaires dès 1938 et sera très populaire avec ses quatre portes pour quatre places, équipée d’un quatre cylindres en ligne de 1.133cm de 30Cv. 

Pendant ce temps, SIMCA restylise sa SIMCA 8 est fera l’effort de vendre son luxe au prix d’une voiture de production classique.

FIAT propose un modèle identique la FIAT 1100 Nuova Balilla en motorisation 1 Litre ou 1,2 Litres.

Une des conséquences de cette pression concurrentielle fut la commercialisation de La VOLKSWAGEN Type 1 sous le label du KDF (Kraft durch Freude), l’organisme de santé et d’aide social du parti Allemand. Les ouvriers furent « conseillés » d’acheter un timbre à 5 Marks chaque semaine, qui une fois rassemblés dans un carnet, leurs donneraient le droit à une voiture Kdf au bout de 4 ans.

 Le progrès automobile entre 1934 et 1939 fut simplement étonnant ! La VOLKSWAGEN KDF (coccinelle), (mais aussi la FORD Taunus, l’OPEL Kadett et la DKW F9), avec sa carrosserie lisse tout acier et phares intégrés semble d’un autre âge par rapport à la toute première « Volkstyp ».

Récapitulatif des modèles Avant-Guerre dit « Populaires »

  • CITROEN 2 Cv
  • DKW F8
  • DKW F9
  • FIAT 500 Topolino 
  • FIAT 1100 Nuova Balilla
  • FORD Taunus
  • FORD Y
  • HANOMAG 1,3L
  • OPEL Olympia
  • OPEL Kadett
  • PEUGEOT 202
  • RENAULT Juvaquatre 
  • RENAULT 4 Cv
  • SIMCA 5
  • SIMCA 8
  • VOLSKWAGEN  KDF (Coccinnelle)

Concernant le style / design des voitures nous vous proposerons deux articles prochainement :

> L’art décoratif et la voiture ancienne

>Les Carrossiers et Designer de renom (prochainement)

barre horizontale Derniers articles

Faites le plein

07/04/19

Un départ sous haute tension !

08/04/19

Envoyez la vapeur !!

09/04/19

Vous allez atteindre les 300Km/h!

09/05/19

FIAT Tipo élue voiture de l’année 1989 en Europe

22/05/19

À plus de 400km/h!

29/05/19

PAULINE et sa Jeep HOTCHKISS M-201

24/06/19

ROGER et sa Monaquatre

25/06/19

PASCAL est l’attraction

26/06/19

17éme Edition des Belles Mécaniques

26/06/19

barre horizontale Catégories

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de