loupe

Toutes piècesflèche vers le bas

Toutes pièces

plusDéposer une annonce

Accueil triangle Comment bien acheter sa voiture à restaurer ?

Comment bien acheter sa voiture à restaurer ?

avatar

admin

barre verticale

0
commentaires

Soyons clairs, bien négocier l’achat sa première voiture à restaurer, c’est avoir plus de budget pour la suite. Et il en faudra peut-être plus même que pour acheter une voiture ancienne déjà refaite.
Nous vous proposons ici de réfléchir à la bonne approche d’un vendeur.

1. L’origine du véhicule

I faut déterminer le lieu de production pour les raisons suivantes :

  • La provenance ou les lieux de production du véhicule pour savoir s’il est possible de retrouver facilement des éléments de rechange, des dossiers techniques, des clubs, d’autres passionnés du modèle, etc…
  • La popularité (ou non) du véhicule pour en cerner sa valeur

Pour savoir si le modèle de voiture que vous choisissez est une pépite ou non, il faut vous renseigner sur également sur la quantité produite.

Attention : un modèle peut avoir été produit en grand nombre mais avec des versions en séries limités.

Les premières informations sont à prendre directement sur le véhicule ; La plaque constructeur est une source de renseignements indéniable.

2 – La côte du véhicule de collection

Une fois le modèle exact de votre ancienne identifié, vous pourrez vous renseigner sur sa côte.

Cette côte vous permettra de montrer à votre interlocuteur que vous connaissez le prix d’un véhicule déjà restauré.

Saisissez votre smartphone pour connaître la cote des voitures anciennes et de collection en ligne.

Consultez différents sites web d’estimation de véhicule de collection car il peut y avoir des variations de l’un à l’autre. 

Et n’oubliez surtout pas de consulter les annonces de vente dans le pays d’origine du véhicule où leur prix à la vente est souvent inférieur.

3. L’état du véhicule à restaurer

Prenez le temps de TOUT vérifier.
Des voitures laissées pour compte sont parfois devenues des donneuses d’organes pour d’autres véhicules. Ouvrez le capot moteur 

Faites la liste de ce qu’il vous manquera dès lors.

Si les tôles des Avant-guerre étaient moins sujettes à la rouille, ce n’est pas le cas pour des voitures plus récentes ou de pays dont l’acier n’atteignait pas l’exigence que nous avons de nos jours.

Les conceptions ont évolué. Aujourd’hui, il y a des joints bien étances, des goulottes pour l’écoulement de l’eau et les zones de rétention sont pourvu d’évacuations. Sur les véhicules qui datent, c’est une autre histoire…

Regardez le bas des portières, les montants supports d’ouvrants (dont le bois est parfois moulu et mangé par les vers), appuyer sur les passages de roue, regardez le plancher, enfoncez votre doigt sous les optiques ou dans les caissons, allongez-vous pour regarder le châssis, sondez le réservoir … 

Une fois que vous aurez pris quelques minutes pour tout cela, vous pourrez mieux aborder votre vendeur


4 – La négociation avec le vendeur

Bien qu’il y ait souvent une part sentimentale dans le véhicule qui va vous être cédé, et qu’il faille en tenir compte, il est nécessaire de remettre votre interlocuteur face à la réalité. 

  • Ne demandez pas « combien vous en voulez ? », mais plutôt « que voudriez-vous qu’il devienne ? qu’allez-vous en faire ? » et indiquez que vous voulez en prendre soin.
  • Vérifiez qu’il dispose bien d’un document d’expertise pour étayer son prix,

Sans ce document, indiquez-lui que vous pourrez difficilement prouver aux services fiscaux l’état initial du véhicule à l’acquisition.

  • Opposez lui l’analyse de l’état du véhicule que vous venez de faire sous ses yeux, et que peut-être l’expert n’a pu faire aussi précisément au regard du nombre de véhicules qu’il avait à voir sur place. Faites prendre conscience de l’état du véhicule.
  • Montrez-lui la liste des pièces manquantes que vous devrez trouver et achetez au prix fort.
  • Parlez-lui des coûts de transport, les difficultés administratives s’il n’a pas de certificat prouvant d’origine, les frais d’immatriculation, …
  • Argumentez enfin sur le budget qu’il vous laisse entre votre coût d’acquisition et la côte que vous aurez trouvé pour un véhicule déjà restauré. Dis-lui que plus il vous préserve, plus il a de chance de revoir une belle ancienne un jour en route.

Mais ne parlez pas du gain éventuel à la revente une fois les travaux de restauration terminés.

Si l’on considère maintenant tous les points considérés ci-dessus, on comprend pourquoi certaines vieilles voitures finissent par pourrir sur place, ou partent à la casse pour pièces, ou que celles restaurées soient vendues si cher, ou encore pourquoi certains projets ne vont jamais à terme.

Mieux vaut une discussion âpres qu’un projet à petit budget…..

Avez-vous trouvé cet article utile ?

Merci, nous sommes ravis que cet article vous ait été utile.

Merci de nous en avoir informer

barre horizontale Derniers articles

Faites le plein

07/04/19

Un départ sous haute tension !

08/04/19

Envoyez la vapeur !!

09/04/19

Vous allez atteindre les 300Km/h!

09/05/19

FIAT Tipo élue voiture de l’année 1989 en Europe

22/05/19

À plus de 400km/h!

29/05/19

PAULINE et sa Jeep HOTCHKISS M-201

24/06/19

ROGER et sa Monaquatre

25/06/19

PASCAL est l’attraction

26/06/19

17éme Edition des Belles Mécaniques

26/06/19

barre horizontale Catégories

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de